Travaux du séminaire de l’Agence des villes et territoires méditerranéens durables 


Les travaux du séminaire de l’Agence des villes et territoires méditerranéens durables (AVITEM) ont démarré le lundi 20 juin 2022 au siège de la Wilaya de la Région de Casablanca-Settat, sous la thématique «Politique d’aménagement au Maroc: Le Grand Casablanca», visant à identifier les défis des métropoles méditerranéennes afin d’anticiper les grandes mutations à venir et transformer les contraintes en opportunités.

La séance d’ouverture du séminaire sur le Grand Casablanca a été marquée par la présence du Wali de la Région de Casablanca-Settat M. Said Ahmidouch, la Présidente du Conseil de la Commune de Casablanca Mme Nabila Rmili et le Président du Conseil de la Région de Casablanca-Settat M. Abdellatif Maazouz, ainsi que l’ambassadeur, Directeur Général de l’AVITEM M. Philippe Meunier et le Consul Général de France à Casablanca M. Serge Mucetti.

Cet événement réunit des experts de politique d’aménagement marocains et méditerranéens autours de diverses tables rondes. Des conclusions seront réalisées à la suite de ces diverses rencontres afin de mieux appréhender les défis de demain en matière d’aménagement de territoire.

M. Said Ahmidouch, au cours de son intervention à la séance inaugurale a rassuré que les dégradations temporaires liées aux travaux des différents chantiers permettront d’avoir de meilleures infrastructures et que l’ensemble de ces chantiers vont avoir un impact extrêmement important pour la ville de Casablanca, pour la vie quotidienne des Casablancais et aussi pour l’activité économique de la région.

M. le wali de la région, a mis en avant, lors de son intervention, la capacité de résilience importante de la région pendant la période de Covid-19 notant qu’elle a été la région la plus impactée en termes de nombre de cas au niveau national. Pour lui, «nos régions et nos villes doivent avoir cette capacité de résilience dans tous les cas de figure». Par ailleurs, il s’est félicité des échanges entre les décideurs locaux des pays du bassin de la Méditerranée qui permettent de tisser des liens de coopération au profit des populations locales.

Mme Nabila Rmili de sa part, estime que ce séminaire «s’érige comme tribune pour repenser intelligemment la politique de la ville en mettant la population locale au cœur de la réflexion, de la conception et de la planification avec une vision de la durabilité au sein de la ville» mettant l’accent sur la collaboration inter-territoriale entre pays de la Méditerranée. La Présidente de la Commune de Casablanca a également expliqué lors de son intervention que pour relever les défis actuels et futurs, il est essentiel de s’appuyer sur «l’intelligence communautaire, notamment la coopération entre les acteurs publics et privés». Pour elle, l’heure est venue pour redresser la situation appelant à une «mobilisation continue et globale» afin d’assurer une vie digne et durable aux générations futures.

De son côté, M. Mohammed Bourhim, 1er vice-président du conseil régional de Casablanca-Settat, a relevé l’importance de ce genre de manifestation qui permettrait de relever ensemble le défi de la compétitivité, la création de richesse, l’équité sociale et l’ancrage de la démocratie locale. «Aujourd’hui toutes les réflexions convergent vers la nécessité d’instaurer une bonne gouvernance permettant de comprendre la dynamique territoriale des zones métropolitaines pour anticiper les grandes mutations à venir et transformer les contraintes en opportunités», relève-t-il. Mobilité urbaine, efficacité énergétique, préservation de l’environnement, sécurité, qualité de vie, solidarité territoriale… autant d’éléments clés qui permettent de réinventer la ville de demain. Ils nécessitent pour leur mise en place une politique spécifique d’aménagement et de mise en valeur.